Professionnel

La culture entrepreneuriale

Lavin Jane D’Souza a un compte professionnel chez Monese : elle partage avec nous son entrée dans le monde entrepreneurial.

par Sophie sur 17 mai 2019
La culture entrepreneuriale

Nous avons lancé les comptes professionnels en octobre 2018. Rapidement, nous nous sommes construit une base de petites entreprises enregistrées au Royaume-Uni. Notre compte professionnel s'ouvre en deux jours et permet de bénéficier de nombreux services tels que les paiements domestiques gratuits et les virements internationaux à faible coût. Il permet également de disposer d'un compte personnel groupé et d'une carte de débit sans contact gratuite. Il est idéal tant pour les entrepreneurs en herbe que ceux plus expérimentés et qui sont à la recherche d'une expérience numérique unique.

Dans notre nouvelle série d'articles, nous avons voulu interroger nos clients professionnels pour en savoir plus sur leurs expériences en tant qu'entrepreneurs : Qu'est-ce que signifie pour vous la création de votre entreprise ? Quels sont les défis les plus difficiles que vous ayez rencontrés ? Comment les services bancaires destinés aux entreprises peuvent-ils aider ou au contraire ralentir votre croissance ? Nous avons un large éventail d’entreprises qui utilisent nos comptes et nous sommes impatients d'en apprendre davantage sur leurs réussites et leurs échecs dans la création de leurs entreprises.

Lavin Jane D’Souza, directrice de Marily London, a été la première à être interviewée. Marily London est une jeune société spécialisée dans le conseil en management. Elle a vu le jour en décembre 2018. Elle vise principalement à aider les petites entreprises en matière de ressources humaines et en gestion de leurs compétences, en proposant des formations et des ateliers aux employés occupant des postes de direction. Compte tenu de son domaine d'activité et de son rôle de directrice d'entreprise, Lavin avait beaucoup à apprendre sur la manière dont les petites entreprises peuvent réussir sur un marché concurrentiel.

Ma transition a commencé il y a des années. J'ai dû mentalement passer du monde de l'entreprise au statut d'indépendant. Ce n'est pas facile ! J'ai dû apprendre à fonctionner en autonomie.

Auparavant, Lavin a travaillé comme consultante pour Marily aux Emirats arabes unis, avant de créer la société au Royaume-Uni. Sa transition de consultante à entrepreneure a toutefois été un long processus : "Ma transition a commencé il y a des années. J'ai dû mentalement passer du monde de l'entreprise au statut d'indépendant. Ce n'est pas facile ! J'ai dû apprendre à fonctionner en autonomie. "Son processus s'est fait par paliers" : Je participais à des ateliers supplémentaires, des conférences et des expositions sur différents marchés. J'étais en train d'élargir mes horizons, de comprendre le fonctionnement de ces industries et d'échanger avec des personnes sur la manière dont ils ont créé leur entreprise."

Les entreprises préfèrent si vous avez traité avec des entreprises britanniques et non internationales. Ils veulent des preuves sociales.

Les personnes constituent un élément clé pour Lavin, tant pour son propre développement que pour le management de sa société. Elle a parlé du pouvoir du ''networking'' et du fait que la confiance, en particulier dans les entreprises étrangères, peut constituer l'un des principaux obstacles : "Les entreprises préfèrent si vous avez traité avec des entreprises britanniques et non internationales. Ils veulent des preuves sociales." Elle surmonte cela en adoptant une approche personnelle :"Les affaires sont basées sur le relationnel. Tout le monde est humain à la fin de la journée. Si vous les abordez avec bienveillance, les gens se montrent plus ouverts."

Même si elle continue de faire face à des challenges en tant qu’étrangère ayant créé une entreprise, Lavin a rapidement vanté les vertus du Royaume-Uni en tant que plaque tournante pour les entreprises : "Le Royaume-Uni est le centre des affaires, c’est un endroit très dynamique. Beaucoup de sociétés se créent chaque jour. En analysant plus en détails ce processus, elle a déclaré : "il est facile de créer une entreprise. L’ensemble du processus au Royaume-Uni est très simple. C'est exempt de bureaucratie."

A moins de disposer d’un document fiscal, de factures d’eau et d’électricité, vous ne pouvez pas ouvrir de compte bancaire. Je n’ai pas d’historique de crédit. En réalité, dans les deux cas (au niveau privé et professionnel), Monese m'a aidé.

Accéder à la finance en tant qu'étrangère reste un défi majeur pour des clients comme Lavin. Interrogée sur les difficultés qu’elle a rencontrées jusqu’à présent, la banque a été le premier obstacle qui s'est présenté : "A moins de disposer d’un document fiscal, de factures d’eau et d’électricité, vous ne pouvez pas ouvrir de compte bancaire. Je n’ai pas d’historique de crédit. En réalité, dans les deux cas (au niveau privé et professionnel), Monese m'a aidé."À la lumière des problèmes rencontrés par un grand nombre de nos clients, Lavin a expliqué le poids de ce dilemme lié aux comptes bancaires : "Ne pas avoir de compte bancaire et en avoir un, c'est une toute autre histoire", faisant référence à son incapacité à accéder au crédit et à d’autres services essentiels sans compte courant.

Les clients professionnels de Monese sont confrontés à des défis au quotidien, en particulier s’il s’agit de ressortissants étrangers qui dirigent des sociétés internationales. C'est pourquoi Lavin explique l'importance d'être dans le bon état d'esprit pour relever les défis dans le cadre de l'ouverture d'une nouvelle entreprise dans un nouveau pays. Son optimisme et sa volonté d’apprendre semblent être le moteur du succès de Lavin. En tant qu'entrepreneurs chez Monese, nous aimons apprendre des personnes qui rencontrent les mêmes difficultés et cela nous apporte une certaine satisfaction de supprimer ces obstacles pour atteindre le succès. Il sera évidemment intéressant de voir comment des clients comme Lavin conduisent leurs entreprises dans leur évolution.

Démarrez maintenant


Sophie Product Marketing Manager
Share this article